• Post on Facebook
  • Twitter
  • pdf
  • Version imprimable
  • save
Les plus populaires

« Le Judicieux c'est celui qui met chaque chose à sa place…» Les caractères du judicieux

|   |   Temps de lecture : 23
Taille de la police: Decrease font Enlarge font

Le Référent Religieux Cheikh Mohammad al-Yacoubi (que Dieu lui accorde la longévité)

 

Au Nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

« Le Judicieux c'est celui qui met chaque chose à sa place…»

Les caractères du judicieux

L’Imam Ali dit (as) : «Le Judicieux c'est celui qui met chaque chose à sa place. Et on Lui demande de décrire l'ignorant, Il dit: je l'ai déjà fait [ce qui veut dire le contraire du judicieux] ».

Si l'homme s'expose à une situation particulière en sachant comment il s'y comporte de sorte que sa réaction soit en conformité à la nature de la situation, dans ce cas, il est judicieux, et vice versa ; si sa réaction étant inadéquate à l'envergure de l'action, c'est de l'ignorance qui caractérise son état. Et cette sagesse nous invite à faire preuve de prudence par rapport à l'ensemble de nos actions, ainsi que de discipline conformément aux standards de la raison et de l'équilibre pour ne pas être pris des convulsions devant une situation particulière à cause du manque de prudence. Et on trouve dans cette sagesse deux lignes parallèles qui appellent l'attention de l'être humain sur:

a) la nécessité de circonspection et de prudence par rapport à la prise des décisions.

b) le niveau de l'intellect de l'homme se reflète sur sa mode de réaction.

Ce qui veut dire que l'homme ne doit pas prendre en considération seulement son crédit cognitif comme le standard essentiel qui le place dans la liste des judicieux, mais il doit tenir compte ses réactions liées à des situations tendues afin de ne pas perdre sa délicatesse en exposant sa personnalité à la dévalorisation. Et ceci ne fait pas l'objet de choix en ce qui concerne le judicieux, donc ce dernier il est toujours en écoute par rapport aux conseils et aux consultations des autres, en faisant preuve de prudence dans toutes les circonstances afin de pouvoir prendre des décisions judicieuses, sinon il serait un ignorant et incompétent pour participer à la vie publique en apportant sa pierre à l'édifice au profit de la société après avoir été échoué dans sa vie individuelle.

 

Le Saint Coran :

"On trouve dans le Coran l'information de vos prédécesseurs, les nouvelles de vos successeurs, et la manière à laquelle vous devez vous comportez".

L’appel porte sur l'importance qu'on doit accorder au Saint Coran, et l'ouverture qui doit être faite à ses nombreuses connaissance et à ses divers avantages de façon continuelle et permanente. Parce que le Saint Coran est un stock de donation, et de richesse cognitive, donc il est déconseillé de se limiter seulement à la lecture sans accompagnée de la conscience par rapport à la compréhension des versets. De même que dû à son statut entant que document, venant du Tout-puissant, adressé à l'être humain comme une preuve qui établit sa responsabilité dans la vie, Il ne doit pas faire l'objet de l'omission étant donné qu'Il comprend les confessions des membres et l'ensemble des outils de pratique tellement que l'homme n'a aucun faux-fuyant par rapport à sa responsabilité:

1) le prétexte portant sur le manque de prévision à l'égard de son sort: cet argument est réfuté, car dans le Saint Coran contient les informations des générations antérieures, et la manière dont les vertueux étaient sauvés par des bonnes actions, et ainsi que le malheur qui s'abattaient sur les profanes par rapport à la nature de leurs actions, ce qui fait que la raison de l'homme en déduit que les mêmes conditions qui entrainaient un évènement si elles font l'objet de répétition dans le même contexte, le même évènement va se reproduire naturellement.

Donc ceci est une loi naturelle qui requiert de se servir de ces évènements comme des alertes avant que l'irréparable se produise.

Et une telle attitude sollicite d'être sérieux avec la réalité de façon conforme avec le niveau du danger qui menace l'homme durant toute sa vie, "le jour où certains signes de ton Seigneur viendront, la foi en Lui ne profitera à aucune âme qui n'avait pas cru auparavant ou qui n'avait acquis aucun mérite de sa croyance. Dis: Attendez, Nous attendons, Nous aussi", (06:158). Faute de quoi, que sert-il les répétions du Saint Coran à l'égard des faits historiques des nations antécédentes. "N'ont-ils pas vu combien de générations, avant eux, Nous avons détruites, auxquelles Nous avions donné pouvoir sur terre, bien plus que ce que Nous vous avons donné? Nous avions envoyé, sur eux, du ciel la pluie en abondance, et Nous avions fait couler des rivières à leurs pieds. Puis Nous les avons détruites, pour leurs péchés; et Nous avons créé après eux, une nouvelle génération", (06:06).

2) le prétexte portant sur l'ignorance: cet argument est rétorqué, car le Saint Coran décrit minutieusement ce qui se passera après cette station temporelle, ce qui attire l'attention de l'âme même si c'est seulement une supposition ou une probabilité pour que l'homme s'en prépare en travaillant sérieusement pour ne pas tomber dans l'impasse en perdant la récompense étant privé de certains privilèges; Dieu le Tout-Puissant a dit en effet: "Demandez pardon à votre Seigneur; ensuite revenez à Lui.

 Il vous accordera une belle jouissance jusqu'à un terme fixé, et Il accordera à chaque méritant l'honneur qu'il mérite. Mais si vous tournez le dos, je crains alors pour vous le châtiment d'un grand jour", (11:03). "Il y a bien là un signe pour celui qui craint le châtiment de l'au-delà. C'est un jour où les gens seront rassemblés; et c'est un jour solennel  (attesté par tous)", (11:103). De sorte que la raison accueille automatiquement ces données pour se retrancher le jour où l'argent et le prestige ne serviront rien, mais "quiconque obéit à Allah et à Son Messager, il le fera entrer dans les jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Et voilà la grande réussite* Et quiconque désobéit à Allah et à Son Messager, et transgresse Ses ordres, Il le fera entrer au Feu pour y demeurer éternellement. Et celui-là aura un châtiment avilissant", (04:13-14).

 En ce sens il n'y aura pas l'occasion de prorogation pour rectifier le passé, mais "quiconque fait une mauvaise action ne sera rétribué que par son pareil; et quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne action tout en étant croyant, alors ceux-là entreront au Paradis pour y recevoir leur subsistance sans compter" (40:40).

3) si l'homme essaye d'avancer des arguments à propos de ses actions caractérisées de l'anarchie et du manque d'organisation à travers de son adoption des méthodes inefficaces pour subvenir l'ensemble de ses besoins, le Saint Coran intervient entant que "Un Livre dont les versets sont détaillés (et clairement exposés), arabe pour des gens qui savent" (41:03), et Il est également "Un exposé pour les gens, un guide, et une exhortation pour les pieux", (03:158).

Ainsi, il est obligatoire de s'y référer conformément à ses règles qui comprennent la solution de l'ensemble des problèmes de l'humanité, sinon il n'aurait pas été une guidance encore moins une preuve, "Ô gens! Certes une preuve évidente vous est venu de la part de votre Seigneur. Et Nous avons fait descendre vers vous une lumière éclatante", (04:174). Et le fait d'avancer des théories qui prônent l'incompatibilité du Saint Coran à la solution des problèmes de la vie montre l'ignorance et l'éloignement vis-à-vis le Saint Livre.

Au contraire, Il est une constitution parfaite pour toute l'humanité en vertu de ses données, de ses jugements, et de ses éthiques qui sont en conformité avec la nature de l'homme. Et un tel dispositif impeccable à nul autre pareil, mieux que tout autre est en mesure de conduire l'humanité sur la voie de la paix et du bonheur.

Dans la proportion où les autres législations de nature humaine sont dépourvues d'un tel dispositif en considération du caractère de l'homme qui se laisse guider par ses émotions, en ce sens toutes ses productions se soumettent plus ou moins aux influences issues de ses émotions de manière que souvent ses productions soient émaillées des tendances de caractère personnel. C'est pourquoi, l'homme a besoin d'un soutien de la part d'un Etre Supérieur (Infaillible) qui légifère des lois qui garantirent ses droits en statuant ses devoirs sans aucune considération liée à un intérêt personnel ou au profit d'un groupe particulier.

Dans ces conditions, le Saint Coran a pris en compte tout cela; par conséquent Il prend un homme éclopé par des vices charnels à la perfection en le mettant à l'abri de ses passions,  de ses penchants et des grands défis qui pourraient compromette son entité future attendu qu'il devient un instrument qui sert à satisfaire seulement les désirs charnels sans qu'il ait le droit de choisir ce qui conforme avec ces données intellectuelles et ses besoins humains, dans ce cas il se rebeller contre le pouvoir de la lois, ainsi la préjudice prend une forme binaire; en conséquence le droit positif devient incapable d'absorber les problèmes issus de cette situation, et le cas reste ainsi jusqu'à ce que l'homme se rende compte que "Ceux qui disent: Notre Seigneur est Allah et ensuite se tiennent sur le droit chemin, Ils ne doivent avoir aucune crainte et ne seront point affligés", (46:13).

Et dans ce stade, l'homme se sent la stabilité et la sensibilité dont il avait perdu sous l'influence d'une législation rude qui cause la rébellion des gens en les nuisant, en sachant que l'homme jouit de l'honneur particulier, nous en trouvons l'illustration dans le Saint Coran: "Certes, Nous avons honoré les fils d'Adam. Nous les avons transporté sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonne choses comme nourriture, et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de Nos créatures", (17:70). "Nous avons certes créé l'homme dans la forme la plus parfaite", (95:04). ''Il [Dieu] a enseigné à l'homme ce qu'il ne savait pas", (96:05).

Alors, un traitement distingué de justice et d'éthique qui n'ébranle pas les racines et les cellules est nécessaire pour que les efforts fournis dans le cadre de la réhabilitation ne soient pas en vain après avoir su que ''L'homme cependant, est tous les êtres le plus grand disputeur", (18:54). "Et [rappelle-toi] lorsque Nous avons pris l'engagement des enfants d'Israël de n'adorer qu'Allah, de faire le bien envers les pères, les mères, les proches parents, les orphelins et les nécessiteux, d'avoir de bonnes parole avec les gens; d'accomplir régulièrement la Salat et d'acquitter le Zakat!", (02:83).

"Qui dépensent dans l'aisance et dans l'adversité, qui dominent leur rage et pardonnent à autrui car Allah aime les bienfaiteurs", (03:134).

"La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur; et voilà que celui qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux", (41:34), ainsi que beaucoup d'autres versets qui exhortent aux valeurs adéquates à un sphère dans laquelle ils vivent des êtres différents en termes de couleur, de pensée, de religion, d'ethnie et d'autres à l'issu de la pluralité. Ainsi la nécessité d'un rappel portant sur les paroles de Dieu se faite étant donné que l'homme se penche facilement à l'oppression, à la vengeance pour que la paix soit établie durablement: "la sanction d'une mauvaise action est une mauvaise action [peine] identique. Mais quiconque pardonne et réforme, son salaire incombe à Allah. Il n'aime point les injustes!", (42:40).

"Et, sauf en droit, ne tuez point la vie qu'Allah a rendu sacrée. Quiconque est tué injustement, alors Nous avons donné pouvoir à son proche [parent]. Que celui-ci ne commette pas d'excès dans le meurtre, car il est déjà assisté (par la loi)", 17:33).

"Ô les croyants! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du Diable. Ecartez-vous en, afin vous réussissiez", (05:90).

''Le Diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l'inimitié et la haine, et vous détourner d'invoquer Allah et de la Salat. Allez-vous donc y mettre fin? (05:91).

"Et ne tuez pas vos enfants par crainte de pauvreté; c'est Nous qui attribuons leur subsistance; tout comme à vous. Les tuer, c'est vraiment, un énorme pêché", (17:31).

"Et n'approchez point la fornication. En vérité, c'est une turpitude et quel mauvais chemin!", (17:32), et d'autres versets portant sur l'éducation, l'éthique et la conduite humaine qui invitent l'homme en à contempler en les traduisant dans son quotidien de façon conforme aux composantes de son organisme intellectuel et psychologique en vue d'établir un système d'interaction adéquate avec l'ensemble des données et des probabilités allouées naturellement à son profit. Et ceci renforce la responsabilité de l'homme et sa capacité de leadership sous une législation qui prend en compte l'ensemble de ses facteurs.

 

Les caractères de la fin des temps :

"Les gens connaitront un temps pénible où le riche ferme ses mains sur ce qu'il possède contrairement à la prescription de Dieu le Tout-puissant:  {et n'oubliez pas votre faveur mutuelle}, les mauvais sont haussés, et les bons sont humiliés, et les contraints donnent acte d'allégeance [au souverain], et certes le Messager de Dieu a interdit de contraindre les gens pour obtenir leur allégeance".

Cette sagesse est une alerte et une mise en garde par rapport à une situation future issue du crise moral qui gangrène les gens à cause de leur éloignement des valeurs morales en les remplaçant par une vie matérielle qui règne en maitre après avoir réfuté l'humanité et ses annexes:

1- l'absence de contact: le riche se recroqueville étrangement, il s'abstient de participer au soutien des nécessiteux et de ses frères, ainsi que de participer à des projets sociaux qui butent d'améliorer la situation et de diminuer la souffrance qui afflige la classe moine.

En conséquence, il y a une pénurie d'institutions de service au profit des nécessiteux; dans ce cas les riches n'entreprennent aucune action dans le cadre de l'investissement, de la création d'emplois et de l'encouragement des efforts, et cette indolence et avarice dues à l'omission liée à la parole du Tout-Puissant : "Et n'oubliez pas votre faveur mutuelle", (02:237), ainsi que l'absence d'un système éducatif qui enracine cette valeur chez les individus pour que les liens sociaux soient étroites si bien que l'individu peut surmonter les obstacles de la vie en basant sur l'aide apportée à son profit de la part des autres membres de la société.

 Et une telle atmosphère participe à établir des bonnes relations loin de l'ingratitude et de la vanité, Dieu a dit dans le Saint Coran: "Récitez donc ce qui vous sera possible. Accomplissez la Salat, acquittez la Zakat, et faites à Allah un prêt sincère. Tout bien que vous vous préparez, vous le retrouverez auprès d'Allah, meilleur et plus grand en fait récompenses. Et implorez le pardon d'Allah. Car Allah est Pardonneur et Très Miséricordieux", (73:20).

2- les paradigmes sont perdus, et les hommes compétents et vertueux perdent leur respect au profit des mauvaises personnes qui escaladent socialement tout en ayant le pouvoir dans leur mains en dépit de leur mauvais comportement, dans ce cas comment peuvent-ils escalader et gouverner!

En fait ils en peuvent à cause de l'éloignement des valeurs humaines, en conséquence la société devient victime des dérives de cette mauvaise classe dépourvue de toute sens d'humanité, et dans une telle situation les droits sont bafoués, en avilissant les bons hommes pour mettre en relief un autre phénomène étrange à travers l'acceptation des pratiques issues de la mauvaise classe qui contrôle les choses comme une réalité indispensable.

Alors, les principes se réduisent en néant par la pression de la réalité, et les gens ne recommandent plus le convenable et ni interdisent le blâmable, ainsi la société s'incline à la ruine, les gens perdent leur grandeur, et les choses se dégradent davantage, en dépit de la possibilité de protéger l'honneur des gens et leurs particularités si la passation du pouvoir était régie par un système légitime basant sur des normes morales. C'est que le leadership, quelle que soit sa dimension, ne s'harmonise pas avec les mauvaises personnes qui ont des passés obscurs. Et un tel état nécessite une résistance pour anéantir le virus issu d'une telle pratique qui menace la société à la dégradation morale.

3- l'expansion de l'oppression:

a) l'accès au pouvoir par la force, c'est-à-dire contraindre la population de faire acte d'allégeance de sorte que le gouvernant ne jouit d'aucune légitimité dans l'exercice du pouvoir, le Tout-Puissant a dit: "Et tous comparaitront devant Allah.

Puis les faibles diront à ceux qui s'enflaient d'orgueil: nous étions bien vos suiveurs. Pouvez-vous nous être de quelque utilité contre le châtiment d'Allah? Alors, les autres diront : si Allah nous avait guidé nous vous aurions certainement guidé. Il est indifférent pour nous plaindre ou d'endurer, nous n'avons pas d'échappatoire", (14:21).

Et la notion de la parole de l'Emir des croyants (as): " les contraints donnent acte d'allégeance [au souverain], et certes le Messager de Dieu a interdit de contraindre les gens pour obtenir leur allégeance" est en conformité avec l'indication contextuelle et l'exigence de l'unité du sujet dans son cadre général mis en relief par la parole de l'Imam Ali (as): " les mauvais sont haussés, et les bons sont humiliés", ce qui explique le changement de la situation naturelle qui a entrainé le saut des mauvais à l'espace publique en tyrannisant les bonnes personnes et  les privant de la participation aux activités.

Et ceci privilégie les incompétents au détriment des compétents en prenant toutes les dispositions nécessaires qui garantirent le succès de l'opération du changement, y compris créer une atmosphère qui favorise leur légitimité afin que l'opposant devient dissonant, de même qu'on utilise d'autres moyens de propagande pour gagner son cœur, en conséquence il renonce en un moment donné pour sauver sa peau; il accepte finalement par contrainte à effectuer l'acte d'allégeance.

Et cette façon de faire est inacceptable, car elle ne reflète pas la conviction et l'obéissance. Toutefois, elle est devenue une pratique courante adoptée par les Etats comme un instrument à utiliser pour mettre les libertés dans une sphère étroite tout en étant contrôlé par leurs propres grés. Alors, le Prophète en a interdit étant donné qu'elle s'effectue par contrainte, donc elle ne peut pas garantie une légitimité pour se mettre à la dune du pouvoir.

b) ainsi l'oppression prend une autre tournure qui se manifeste sous forme d'enrichissement basée sur la force et la tyrannie dans la mesure où le propriétaire vend ses biens par contrainte. Et ceci c'est une indication de la domination des personnes mauvaises, dans ce cas les infractions juridiques et morales se multiplient, et le pillage des biens de l'autrui devient habituel alors qu'il est en contradiction avec les droits de l'homme, notamment le droit de la propriété