• Post on Facebook
  • Twitter
  • pdf
  • Version imprimable
  • save
Les plus populaires
Le Référent Religieux al-Yacoubi : les malheurs de l’Achoura se renouvellent à travers de la tragédie du rite de Tuwayrîj
"Ainsi [Nous avons agi] pour écarter de lui le mal et la turpitude": Une leçon de la chasteté de Yusuf (Joseph) que la paix soit sur lui
La Disparition des Aspects de la Théorie Islamique et la Fonte de la Communauté: La Position de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui)
"Et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force": la dispute conduit à l'échec
La position de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) face au complot de Mu'âwiya: Sa position (que la paix soit sur lui) au niveau de la théorie:
Les méthodes d'acquisition de la moralité de défaite: Première méthode: l'annonce des slogans en conformité à la moralité de défaite:
La planification de l'Imam Hussein pour changer la moralité de défaite
"Si vous faites triompher (la cause d') Allah, Il vous fera triompher et raffermira vos pas"
En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qu'est en eux-mêmes
"Qu'ils pardonnent et absolvent. N'aimez-vous pas qu'Allah vous pardonne?"
Et prescrits pour nous le bien ici-bas ainsi que dans l'au-delà. Nous voilà revenus vers Toi : l'intercession auprès des bonnes actions pour l'exaucement de l'invocation
"Ils ne sont en vérité comparables qu'à des bestiaux, ou plutôt, ils sont plus égarés encore du sentier": l'exemple de la légalisation de l'homosexualité
La transformation de la moralité de défaite en la moralité de volonté
La quarantaine du soulagement …… de Achoura à Arbaeen.

Les méthodes d'acquisition de la moralité de défaite: Première méthode: l'annonce des slogans en conformité à la moralité de défaite:

|   |   Temps de lecture : 29
Taille de la police: Decrease font Enlarge font

Les méthodes d'acquisition de la moralité de défaite:

Première méthode: l'annonce des slogans en conformité à la moralité de défaite:

Parmi la série de méthodes mises en œuvre par l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) pour coordonner les deux moralités dans le but de faire preuve de courtoisie à l'égard de la moralité de défaite afin qu'elle se transforme graduellement en la moralité de sacrifice, le slogan qui prône: "Ne commence pas la guerre en premier contre les autres"[1]. Ce slogan a été mis sur pied par l'Imam Ali (que la paix soit sur lui), mais il y a une grande différence entre le slogan annoncé par l'Imam Ali (que la paix soit sur lui) et celui annoncé par l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui). En effet, l'Imam Ali (que la paix soit sur lui) était président d'un Etat, et le président d'un Etat est censé de ne pas commencer la guerre en premier contre qui que ce soit parmi les citoyens sauf que  si le citoyen désobéisse, se rebellant contre le président et lui déclarant la guerre. Par exemple l'Imam Emir des croyants est censé de ne pas commencer en premier la guerre contre Aïcha, ni Zubaïr encore moins Talha, car ils sont des citoyens dans un Etat dont il est le président, à condition qu'ils ne dérouteraient de la ligne, en combattant le statut légitime du gouvernant de cet Etat. Alors, le slogan: "Ne commence pas la guerre en premier contre qui que ce soit parmi les citoyens" était une notion connue et évidente.

Mais au niveau du mouvement de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) qui est sorti pour mettre sur pied une révolution contre l'Etat en place et le pouvoir en place, ce n'est pas logique de dire: une personne se révolte contre un pouvoir en place qui ne commence pas la guerre. Par contre, l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) et a annoncé ce slogan pour qu'il soit en conformité à la moralité de défaite dans laquelle vivait également la communauté islamique, afin que son action soit caractérisée par la légitimité au niveau de cette moralité.

Lorsque l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) croisait sur son chemin l'armée de Ubaïdallah Ibn Ziyâd sous l'égide d'al-Hurru, et cette armée fut une sorte de mille soldats, Zahîr Ibn al-Qaïn (selon mon impression) proposa à l'Imam de commencer la guerre contre cette armée, en disant: il est plus facile pour nous de combattre ces gens-là, alors commençons-nous la guerre contre eux pour ouvrir la route de Kufa. Et l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) dit: "je ne commence pas la guerre en premier contre eux"[2].

Parmi les exemples de l'application de ce slogan, la situation de Muslim Ibn Aqîl, il alla à Kufa en tant que messager de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui), sauf que sa mission s'inscrivait dans le cadre de ce slogan, et ceci nous explique l'immobilité de Muslim Ibn Aqîl en termes d'une action positive rapide concernant l'évolution des évènements qui se déroulèrent à Kufa.

Peut-être certains pensent que Muslim Ibn Aqîl ne pouvait pas diagnostiquer les évènements et estimer les circonstances d'une manière appropriée, et Muslim Ibn Aqîl fut invité pour qu'il ait pris l'initiative de prendre le pouvoir. Or, cette imagination est issue d'une impression qui fait croire que Muslim Ibn Aqîl a été envoyé par l'Imam Hussein à Kufa en tant que gouverneur, et il n'y rien qui atteste cela dans les récits historiques. En effet, l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) lorsqu'il envoya Muslim Ibn Aqîl avec une lettre, cette lettre ne contenait rien qui donne l'impression que Muslim est envoyé en tant que gouverneur, par contre il dit aux habitants de Kufa: "je vous ai envoyé mon confident issu de ma famille pour qu'il s'informe de vos situation, et ait la confirmation de votre dévouement, puis il m'en écrira, et s'il m'écrit conformément au contenu de vos correspondances, j'honorerai votre invitation, et j'y répondrai".

Muslim Ibn Aqîl fut chargé, selon le contenu de cette lettre, de s'informer de la situation de ces bases populaires qui écrivirent à l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui), et il ne fut pas chargé de plus. Et en réalité, Muslim Ibn Aqîl n'effectua pas de plus; il entra à Kufa, et descendit, en tant que hôte, chez al-Mokhtar (que le Tout-puissant le comble de Sa Miséricorde), il y resta, et les adeptes de la famille du Prophète l'y visitèrent, et il s'adressa à eux, confirmant les objectifs de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui), et il lui confirmaient, en retour, leur dévouement et leur disposition de travailler dans le cadre de ces objectifs, jusqu'à ce que Ubaïdallah Ibn Ziyâd soit entré à Kufa, ce qui changea l'atmosphère ainsi que la situation d'une manière générale.

Muslim Ibn Aqîl voyait qu'il est nécessaire de se déplacer discrètement à une autre maison à Kufa, car Ubaïdallah Ibn Ziyâd amorçait l'opération d'enquête et d'inspection à l'encontre de Muslim Ibn Aqîl. Contrairement au gouvernement sortant dont la démarche s'inscrivant dans une optique négative, Ubaïdallah Ibn Ziyâd, le tout nouveau gouverneur, prenait l'initiative de combattre cette foule autour de Muslim Ibn Aqîl; en conséquence, ce dernier se déplaçait de la maison de al-Mokhtar à la maison de Hânî Bin Urwa (que le Tout-puissant le comble de Sa Bénédiction), et il y resta en cachette, et les adeptes de la famille du Prophète (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée), l'y visitaient discrètement. Et l'action militaire de Muslim Ibn Aqîl en compagnie de 4000 hommes, même s'il va à l'encontre du consensus conclus entre l'Imam Hussein que la paix soit sur lui et Muslim Ibn Aqîl, s'inscrivait dans l'ordre de défense qui nécessitait d'envahir le palais de la gouvernance. Car Muslim Ibn Aqîl (que le Tout-puissant le comble de Sa Bénédiction) tombait dans une situation qui requérait la défense. Et Ubaïdallah Ibn Ziyâd commençait les attaques, et recherchait Muslim pour anéantir cette graine, et ce qui mettait Muslim Ibn Aqîl dans un état de défense, pas dans un état d'attaque ni de bataille, ce qui veut dire que les circonstances l'imposaient de se défendre, parce que s'il n'effectuait pas une telle opération, Ubaïdallah Ibn Ziyâd l'aurait attaqué ainsi que ses adeptes alors qu'ils sont dans les maisons. Donc, le déroulement des évènements imposait d'adopter une autre logique différente à celle du message issu de Hussein (que la paix soit sur lui) ainsi que celle de la gouvernance et de l'autorité: c’est-à-dire la logique de défense. Effectuer une telle opération pour se défendre, mettant à l'abri sa base qui le défendait lorsqu'Ubaïdallah Ibn Ziyâd voulait l'attaquer.

Lisez la lettre de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) destinée aux habitants de Kufa à travers Qaïs Ibn Mashar al-Saïdâwî, il dit dans la lettre: "je vous répondrai bientôt, alors gérer vos affaires en attendant mon arrivée"[3]. Donc le contenu de la lettre est évidente que l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) ne planifiait pas pour  Muslim Ibn Aqîl de conquérir le pouvoir à Kufa, et mettre Kufa sous son magistère en tant que gouverneur au premier plan. La lettre de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) disait: gérez vos affaires, ce qui veut dire restez-vous dans ce rassemblement en attendant son arrivée. Alors la transformation de ce rassemblement en une société, en un Pouvoir, en un Etat, tout cela, dépendait de la rentrée de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) à Kufa, c'est la raison pour laquelle son conseil portait sur la gestion de leur affaire momentanément en attendant son arrivée.

Donc, la mission de Muslim Ibn Aqîl n'était qu'une sorte d'incursion de découverte par rapport aux situations des bases populaires, puis offrir des informations claires et fiables de ces bases populaires. Alors Muslim Ibn Aqîl n'était chargé d'effectuer la guerre, mais tout ce qu'il faisait dernièrement s'inscrivait dans la logique de légitime défense dans la mesure où il n'y avait aucune autre voie pour la continuité hormis cette voie de défense. Et tout ceci exprime le slogan "Ne commence pas la guerre en premier". Et l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) est censé d'annoncer ce slogan jusqu'à ce que les gens soient conscient que l'opération c'est une opération au-dessus du doute, et qu'elle est légitime même au niveau des imaginations de l'être humain musulman dominé spirituellement et moralement.

Et si nous analysons l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) sur son chemin de la Mecque en Irak, nous allons constater qu'il confirmait perpétuellement la nécessité de continuer son chemin et son voyage, car il était invité et il devait honorer cette invitation.

Il fut informé que Muslim Ibn Aqîl est tué, mais fut toujours constant dans sa position, c’est-à-dire le slogan ne fut pas tombé, par contre il resta hissé: c'est le slogan qui s'appuie sur son invitation de la part de Kufa, et l'invitation doit être honorée malgré l'assassinat de Muslim Ibn Aqîl et Hânî Ibn Urwa, ensuite il découvrit également l'assassinat de Qaïs Ibn Mashar as-Saïdâwî de la part de Ubaïdallah Ibn Ziyâd, toutefois il ne changea guère ce slogan, mais il insista toujours sur le fait d'être invité par les habitants de Kufa, et il a l'obligation d'honorer cette invitation jusqu'à ce qu'il ait croisé al-Hurru Ibn Yazîd ar-Riyâhi, et at-Tarmâh vint et lui dit: "rejoins telle montagne, je te ressemblerai 20 000 homme de telle tribu qui t'entoureront, et Dieu t'en aidera contre Kufa, et l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) dit: "Nous avons un pacte avec les gens, alors il faut que j'aille à eux[4].

Après toutes ces corrélations du renoncement des habitants  de Kufa à leur pacte, l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) restait toujours croyant en son slogan. Donc, l'histoire en réalité n'est pas une question que Hussein doit être convaincu, et son mouvement (que la paix soit sur lui) n'était pour lui-même une conséquence de réaction de la demande de sa base populaire à Kufa; car il a découvert pendant son chemin que les bases populaires l'ont trahi: son messager est tué, son confident issu de sa famille et tué, cependant il continue son chemin. Ce qui fait que ce slogan était en toute conformité à la moralité dans laquelle la communauté islamique vivait. Donc, il était nécessaire pour lui d'annoncer ce slogan pour que l'opération soit empreinte de légitimité dans l'optique de ceux qui aspirent la paix, ceux qui donnent au sacrifice une couleur parmi les couleurs de l'imprudence  de l'irraison, et de l'impatience.

 

La deuxième méthode: le rassemblement de toutes les motivations émotionnelles dans la bataille:

Parmi les méthodes adoptées par l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) pour gagner la sympathie de cette moralité, étant courtois à son égard, le rassemblement de toutes les forces et compétences dans la bataille, et l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) ne se limitait pas à s'exposer à la mort, ayant peur que la moralité de défaite dise: une personne a essayé de conquérir le pouvoir, puis il est tué, mais il a voulu exposer ses enfants et sa famille à la mort, et ses femmes à l'otage, il a voulu rassembler tout ce qui pourrait se réunir chez l'être humain en termes de tragédies, de sacrifices et de douleurs; car la moralité de défaite quel que soit l'envergure de son doute à l'égard de légitimité de la sortie de l'être humain s'exposant à la mort, elle ne doutera pas de l'action atroce effectuée par l'armée des Umayyades, l'armée de l'aberrance contre le Restant de la Prophétie, que c'est une action mauvaise de tous les niveau ainsi que de toutes les considérations.

Alors, il était une obligation pour l'Imam Hussein de faire embarquer son sang, ses fils, ses enfants, et ses femmes, de même que de toutes les considérations émotionnelles et  historiques, même les patrimoines hérités du Messager de Dieu (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée), tels que son turban et son épée: il portait le turban du Messager de Dieu (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée), s'armait de l'épée du Messager de Dieu (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée), il mettait toutes ces motivations historiques et émotionnelles dans la bataille; dans le but de fermer toute issue et voie à la moralité de défaite afin qu'elle ne puisse pas exprimer sa défaite, et une sorte protestation à l'encontre de cette action; pour en éveiller la conscience de l'être humain musulman dont la volonté a fondu. C'est ainsi que l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) a pu, par cette planification subtile et magnifique, éveiller la conscience de l'être humain musulman.

 

La leçon qu'on tire de la planification husseinite:

De par cette planification on peut tirer une leçon générale, l'essence de cette leçon est: l'opération de changement de la moralité de la communauté ne doit pas se baser sur aucune confrontation évidente avec la moralité corrompue caractérisant la communauté; la confrontation évidente et claire avec la moralité corrompue dans la communauté signifie l'isolement de la communauté, et l'incapacité d'effectuer une action légitime dans le regard de la communauté.

Et lorsque nous voulons éveiller la conscience de la communauté qui fond moralement il faut que, en même temps, nous pensions à rétablir sa moralité à nouveau, et nous pensions à ne pas confronter la moralité en place de sorte que cette personne qui aspire au changement de la moralité de la communauté ne se renferme guère dans l'isolement. Donc, cette personne doit penser à adopter une méthode de changement qui lui permet d'éveiller la conscience de la communauté. Et il ne pourrait pas éveiller la conscience de la communauté tant qu'il ne préserve pas continuellement le raisonnement et la légitimité de son action aux yeux de la communauté, tel que l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) agissait.

Et il n'y a pas l'ombre d'aucun doute chez les fils de la communauté islamique que l'action de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) était une action légitime et authentique, et que l'action des Umayyades était une action d'oppression  et de despotisme.

Cette clarté dans la vision a permet aux musulmans d'entrer graduellement dans des nouveaux horizons de la moralité différente à celle de défaite, et cette clarté a éveillé la conscience de l'être humain musulman, et c'est ça qui l'a éveillé jusqu'à nos jours.

Le sang de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) n'est pas insignifiant au point que son prix se limite à éveiller la conscience de l'être humain musulman à une seule époque, ou à une seule génération, le prix de sang de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) ne peut pas être le fait d'ébranler les bases des Umayyades, mettre à nu la réalité des Umayyades, ou bien rafraîchir la conscience d'une génération de la communauté islamique… ceci ne suffit pas comme prix pour le sang sacré de l'Imam Hussein, mais le prix du sang de Hussein –le sang le plus cher versé sur le chemin de l'islam- reste éternellement un moteur lumineux, une motivation purifiante au cours de l'histoire de toutes les générations de la communauté islamique, il faut qu'il éveille la conscience de chacun parmi nous comme il a éveillé la conscience des musulmans avant treize siècles, il faut qu'il éveille la conscience de chacun parmi nous lorsque nous faisons face à une situation parmi les situations de provocation, de tentation et d'intimidation, il faut que nous sentions ce sacrifice grandiose lorsque nous prenons en compte que nous somme invités à un simple sacrifice partiel, lorsque l'islam nous demande un sacrifice simple et modique, il faut que nous prenions en compte éternellement ce niveau grandiose sans limite du sacrifice mis sur pied par l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) pour que tout autre niveau qui se présente devant nous soit minime et modique à nos yeux, et nous nous en chargeons sur le chemin de l'islam..

L'islam te demande  aujourd'hui un peu de sacrifice de ton temps, de ton repos, de tes intérêts personnels, de tes désirs et de tes plaisirs dans le but de rassembler toutes tes forces, tes compétences et ton temps en faveur du Message Islamique. Alors de quoi s'agit-il ce sacrifice devant un tel sacrifice grandiose effectué par l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui)? De son sacrifice jusqu'à dernier goutte de son sang, jusqu'à dernier personne de sa progéniture, jusqu'à dernière femme de ses femmes conformément aux paradigmes de l'être humain mondain?! Donc, nous devons toujours vivre ce sacrifice, vivre l'indication de ce sang sacré pour que le prix du sang de l'Imam Hussein (que la paix soit sur lui) soit vivant au cours de l'histoire.

Que Dieu nous accorde son pardon.  

          

 



[1] - Waq'atu-Taf: 179 et 205.

[2] - Waq'atu-Taf: 179.

[3] - Waq'atu-Taf: 160.

[4] - voir: Maqtal-al-Hussein, Maqram: 222, Târikh at-Tabari 4: 306, Bihâr al-Anwâr 44:369, Târih-ul-Hussein Ibn Ali (que la paix soit sur lui), chapitre 37 portant sur ce qui s'est passé à lui à la suite de l'allégeance des gens à Yazîd.