• Post on Facebook
  • Twitter
  • pdf
  • Version imprimable
  • save
Les plus populaires

Jugements jurisprudentiels sur l'insémination artificielle

|   |   Temps de lecture : 86
Taille de la police: Decrease font Enlarge font

Jugements jurisprudentiels sur l'insémination artificielle

Au Nom d'Allah le Tout-puissant

L'insémination artificielle

Que la paix soit sur vous votre Eminence, ainsi que la Miséricorde de Dieu et Ses Bénédictions.

En fait, nous sommes un groupe de médecins spécialistes infertilités, et nous vous adressons une question médicale espérant de vous une réponse jurisprudentielle grâce à votre savoir puisé des sciences de l'Ecole d'Ahl-ul-Bayt (que la paix soit sur eux), car nous avons confronté de nombreux cas d'infertilité chez les couples due à des maladies ou des malformations; alors est-ce qu'il est permis d'effectuer une intervention de l'insémination artificielle par l'une des méthodes habituelle conformément au cas de l'infertilité déjà diagnostiqué?

 

Au Nom d'Allah le Tout-puissant

Que la paix soit sur vous ainsi que la Miséricorde de Dieu et Ses Bénédictions.

Louange à Dieu le Tout-puissant qui a inspiré, les humains, des sciences et l'innovation à l'aide de l'intellect qui ne cesse pas de penser et d'apporter des solutions aux problèmes des humains et supprimant ses souffrances. Et également Louange à Lui du fait qu'il y a une vaste base de vertueux empreints de la religiosité qui n'effectue aucune action, même s'ils en ont besoin, sans la consultation auprès des savants pour que leurs actions soient conformes à la Charia.

En répondant à la question nous disons: nous traitons la question de l'insémination artificielle (Introduction de la semence du mâle dans les organes génitaux de la femelle sans rapport direct entre les deux sexes.) sous deux angles:

Premièrement: les étapes requises par cette intervention tels que regarder les parties génitaux (d'autrui), la masturbation (pour collecter le sperme), et l'attouchement du corps d'un sexe opposé, entre autres, sont tous interdits dans l'état naturel. Mais, toutes ses actions seraient permises si le cas de l'infertilité comporte une excuse pour faire recours à ces pratiques, par exemple si le couple s'expose au danger, à la nuisance, à la maladie, ou à l'embarras psychologique ou social insupportable.

Quant à l'intervention d'un tiers, que ce soit homme ou femme, comme le suppose certains aspects du sujet, serait difficile de lui trouver une excuse, même s'il est possible de l'imaginer. Et il n'est pas permis au couple de s'engager dans cette opération s'il n'y a pas une excuse valable aux yeux de la Charia. Dans ce cas la patience et la satisfaction de leur destin sera l'attitude à adopter vue que Dieu le Tout-puissant leur réserve la récompense des patients et endurants "Les endurants auront leur pleine récompense sans compter", (Coran: 39/10).

Deuxièmement: le jugement portant sur l'intervention de l'insémination artificielle et les conséquences liées au nouveau-né. Et il  y a plusieurs méthodes connues aujourd'hui pour l'exécution de cette opération, mais nous pouvons seulement en dire l'illicéité de deux méthodes:

1-      L'injection du sperme de l'époux dans le vagin de la femme à l'aide d'un instrument médical en raison d'un problème lié au santé du couple.

2-      L'insémination artificielle intra-utérine, c’est-à-dire on prend le sperme du conjoint lequel les spermatozoïdes, déjà préparés, sont injectés dans la cavité utérine le jour de l'ovulation. Le sperme est préparé au laboratoire dans le but de reproduire l'action de la glaire cervicale. Et en ce qui concerne les spermatozoïdes sélectionnés sont injectés dans l'utérus.

Ou bien après l'intervention de la fertilisation de l'ovule après avoir sélectionné les spermatozoïdes sont injectés dans la matrice artificielle, c’est-à-dire la croissance de l'embryon ou du fœtus en dehors du corps de l'organisme femelle.

Mais en ce qui concerne les autres méthodes qui impliquent un homme tiers avec son sperme ou une femme tiers avec son ovule, ou bien l'implantation de la grossesse dans un utérus tiers, entre autres, sont tous interdites, notamment l'insémination à l'aide du sperme d'un homme tiers, car l'enfant est biologiquement attribué au producteur du sperme selon les récits.

Louange à Dieu de ce qu'Il nous alloue comme faveur et de ce qu'Il inspire comme savoir.

 

Mohammad al-Yacoubi

Le 05 Ramadan 1440 (11 mai 2019).