• Post on Facebook
  • Twitter
  • pdf
  • Version imprimable
  • save
Les plus populaires

Et je t'ai assigné à Moi-Même – la fabrication divine de l'être humain

|   |   Temps de lecture : 47
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Et je t'ai assigné à Moi-Même – la fabrication divine de l'être humain

Et je t'ai assigné à Moi-Même – la fabrication divine de l'être humain

 

Au Nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

"Et je t'ai assigné à Moi-Même"[1]

(20:41)

La fabrication divine de l'être humain

L'importance de l'enfance:

Il est évident que la durée de l'enfance chez l'être humain est plus longue en comparaison à l'ensemble des autres êtres vivants. Et ceci pour qu'il soit inculqué de l'éducation parfaite et suffisante qui lui adjuge l'aptitude de jouer son rôle en tant que représentant de Dieu le Tout-puissant sur terre, et pour qu'aussi toute ses facultés corporelles, intellectuelles, et psychologiques soient construites afin de recevoir l'honneur divin, en atteignant l'âge de maturité (au sens religieux du terme) qui est neuf (9) ans chez les femmes, et à un âge un peu plus tardif chez les hommes comparablement aux femmes.

Il n'y a pas l'ombre d'aucun doute qu'à  chaque fois les éléments les plus puissants sont disponibles dans le cadre de l'éducation de l'être humain, sa chance, de tenir le haut du pavé en termes de perfection, augmente davantage. Et à chaque fois que le rôle assigné à la personne et la responsabilité qui pèse sur ses épaules sont importants et vastes, les caractéristiques du type de l'éducateur requis doivent empreints des qualités plus sublimes.

 

L'éducation divine:

Lorsque le Messager de Dieu (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée) est l'humain le plus parfait, et le meilleur des créatures, et est en charge de transmettre le plus Grand Message Divin, c'est évident que personne n'est éligible pour son éducation que Dieu le Tout-puissant, nous en trouvons l'illustration dans son hadith: "Mon Seigneur m'a éduqué, et Il m'a fort bien éduqué"[2]. Et on rapporte de lui également (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée), il dit: "Je suis éduqué par Dieu, et Ali est éduqué par Moi"[3].

Et dans Nahj-ul-Balâgha, l'Emir des croyants (que la paix soit sur lui) décrit cette fabrication en disant: "Dès qu'il fut sevré, le plus Grand Ange parmi les Anges de Dieu l'accompagnait jour et nuit dans le chemin des vertus et des bonnes mœurs"[4].

Et l'expression la plus douce, tendre et grandiose concernant cette pensée c'est ce qui est révélé dans le Saint Coran à l'égard du Prophète de Dieu Moïse et Son Interlocuteur (que la paix soit sur lui), Dieu le Tout-puissant dit: "Afin que tu sois fabriqué (élevé) sous Mon Œil", (20:39). Le Tout-puissant dit: "Je t'ai assigné à Moi-Même", (20:41). Et si l'être humain a une veine de cocu d'avoir bénéficié du Soin et de Mansuétude Divine, Dieu le prend en charge, et à plus forte raison celui qui est fabriqué sous l'Œil de Dieu le Tout-puissant, sous l'ombre de Son Soin et de Sa Mansuétude, voire Il l'a assigné à Lui-même pour qu'il porte Son Noble Message en destination de l'humanité. Donc, personne n'est en mesure de le prendre en charge que Dieu le Tout-puissant, et personne parmi les Démons, les Djinns et les Humains ne songe pas à franchir son espace.

 

Le résultat de la sélection divine:  

Le résultat c'est que Moïse est voué à Dieu le Tout-puissant en tant que Messager et parmi les cinq Prophètes (que la paix soit sur eux) les plus sublimes, "Et mentionne dans le Livre, Moïse c'était vraiment un Elu, et c'était un Messager et un Prophète", (19:51). C'est ainsi que la Mansuétude Divine interfère dans la fabrication des humains sui generis, aptes d'endosser des rôles grandioses, méritants des prestiges sublimes, y compris l'Ahl-ul-Bayt (que la paix soit sur eux). Dieu le Tout-puissant a voulu que les Infaillibles soient immaculés et voués à Lui. Nous en trouvons l'illustration dans le Saint Coran: "Allah ne veut que vous débarrasser de toute souillure, ô gens de la Maison {du Prophète}, et vous purifier pleinement", (33:33). Et rien ne peut empêcher Sa Volonté, "Quand Il veut une chose, Son commandement consiste à dire: Sois, et c'est", (36:82).

Est-ce qu'il y a qui se demande comment une société antéislamique emplie de crimes, de débauches et de corruptions peut abriter une personnalité immaculée telle que Khadija Bintu Khuwaïlid, surnommée la Dame Sainte, et certains hommes sui generis tels que le grand-père du Prophète (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée), ses deux parents, son oncle et son cousin? Est-ce qu'il y a une explication autre que la fabrication divine qui façonne cette sainte immaculée?  

Ainsi, la biographie des grands hommes révèlent qu'il y a une main invisible qui prend en charge leurs affaires et les fabriquant par amour, tendresse et perfectionnement pour qu'ils soient aptes de réaliser la performance assignée à leur responsabilité.

 

Comment obtenir la sélection divine:

Ce qui nous intéresse d'une manière pratique c'est de savoir est-ce que peut-on, au petit bonheur la chance, bénéficier de la Mansuétude Divine, faisant partie parmi ceux dont leur éducation se faite sous Son Œil, et Il nous assigne à Lui-Même à un  certain niveau? C'est évident que nous parlons par-là l'Education Divine exclusive, car l'Education générale englobe tout le monde, puisque le Tout-puissant est (le Seigneur des univers), Nous en trouvons l'illustration dans ce verset: "Il n'y a pas d'être vivant qu'Il ne tienne par son toupet", (11:56).

La réponse est clairement affirmative, étant donné que Dieu le Tout-puissant n'est par parcimonieux dans Son Espace, comme on dit, Il ne se cache pas de ses Créatures, mais leurs péchés les empêchent d'avoir accès à Lui, comme l'une des Invocation l'atteste.

La question primordiale porte sur le comment faire pour acquérir cette aubaine. Et il y a deux notions par lesquelles on peut tirer profit de ces bénis versets:   

Premièrement: dans le même verset, "Et J'ai répandu sur toi une affection de Ma part, afin que tu sois élevé sous Mon Œil", (20:39). Alors, le chemin s'agit d'aimer Dieu le Tout-puissant, et Dieu le Tout-puissant t'aime en retour, et nous avons expliqué, dans un texte détaillé, les signes de cet Amour réciproque et la voie de l'acquisition[5], et dans les propos de sages on rapporte: "Si Dieu aime un serviteur, ce dernier lui manque comme un ami manque à son ami"[6].

Deuxièmement: à partir du deuxième verset: "Puis tu demeuras des années durant chez les habitants de Madyan. Ensuite tu es venu, ô Moïse, conformément à un décret* Et Je t'ai assigné à Moi-Même", (20:40-41). Alors, si l'être humain fait preuve de volonté et de détermination immense dans l'action qui hisse la Parole de Dieu le Tout-puissant, propage les sciences de l'Ahl-ul-Bayt (que les Prières de Dieu soient sur eux tous), éduque l'âme, ordonne le convenable et interdit le blâmable, Dieu l'assigne à Lui-même, améliore son état, et prend en charge de lui, et en lui adjugeant l'aptitude requise pour véhiculer Son Message.

 

Les clefs de la fabrication divine:

On déduit des bénits récits les raisons qui conduisent à cette fabrication divine:

- Sahîha Abânn Ibn Taghalub rapporte de Abu Jahfar Al-Baqir (que la paix soit sur lui), il dit: "Dieu le Tout-puissant dit: nul ne s'approche de Moi, parmi Mes serviteurs, par le biais d'une chose dont J'aime le plus autre que ce que je lui ai enjoint, et il s'approche de Moi par {l'adoration} surérogatoire jusqu'à ce que Je l'aime; et si Je l'aime: il entend à travers Mon Audition, voit par Ma clairvoyance, parle à l'aide de Ma Langue, et attrape via Ma main; et s'il M'invoque Je lui exauce, et s'il Me sollicite, Je lui donne"[7].

-  Dans un hadith Qudssiyu (une révélation dont le sens est typiquement divin, et la formule est typiquement prophétique): "Quiconque parmi Mes serviteurs dont J'ai découvert le cœur s'attache prioritairement à Mon évocation; Je me charge de sa politique, étant son Proche, son Intime et son Alter ego"[8].

- dans un hadith prophétique: "nul ne s'approche de Moi, parmi Mes serviteurs, par le biais d'une chose dont J'aime le plus autre que ce que je lui ai enjoint, et il s'approche de Moi par {l'adoration} surérogatoire jusqu'à ce que Je l'aime; et si Je l'aime: il entend à travers Mon Audition, voit par Ma clairvoyance, parle à l'aide de Ma Langue, et attrape via Ma main; et s'il M'invoque Je lui exauce, et s'il Me sollicite, Je lui donne"[9].

On rapporte de Irchâd Ad-Duylamî et d'autres dans le livre Al-Bihâr: "Quiconque agit en fonction de Ma Satisfaction, je lui adjuge trois faveurs: Je lui fais connaître une reconnaissance dénuée de l'ignorance, une Invocation dépourvue de l'oubli, et un amour qui ne fait pas l'objet de l'influence par l'amour des créatures.

Et s'il M'aime, Je l'aime, ouvre l'œil de son cœur à Ma Transcendance, ne lui cache guère la marque distinctive de Mes créatures, m'adressant à lui confidentiellement dans l'obscurité de la nuit et la lumière de la journée jusqu'à ce que sa discussion avec les créatures et sa fréquentation chez eux s'interrompe; puis Je lui fais entendre Ma Parole et la Parole de Mes Anges, lui enseigne le secret dont J'ai caché à Mes créatures, le comble de la pudeur jusqu'à ce que l'ensemble des créatures font preuve de pudeur à son égard.

Et il marche sur terre étant pardonné, et Je fais que son cœur soit conscient et clairvoyant, ne lui cache à rien concernant le Paradis et le Feu, lui enseigne ce qui se passe avec les gens au Jour du Jugement en termes de horreur et de mésaise, ainsi que le jugement des riches, des pauvres, des ignorants et des savants.

Et je l'ensommeille dans sa tombe, et fais descendre Nakîr et Munkir {deux Anges qui se chargent des questionnements} jusqu'à ce qu'ils l'interrogent. Il ne voit guère l'amertume de la mort, l'obscurité de la tombe, ni l'effroi, puis Je pose sa balance, distribue son livre, le mettant à sa main droite, et il le lit étant édité. Et Je ne mets pas interprète entre Moi et lui. Ceci sont les caractères des Amoureux {les Adorateurs de Dieu le Tout-puissant}"[10].

 

L'invocation conduit à la fabrication divine:

Il n'y a pas l'ombre d'aucun doute que l'invocation et la sollicitation des sublimités permettent à atteindre un tel niveau. Donc, le serviteur doit renforcer ces efforts dans l'invocation et la sollicitation, par exemple l'invocation de l'Imam Sajjad (que la paix soit sur lui) dans la sollicitation de nobles comportements "Rééduque-moi par Ta Noblesse[11], et soigne-moi par Ta Fabrication". Et on trouve également dans ses invocations (que la paix soit sur lui), "Ô par qui les complexités des mésaventures se décomplexent" "Fais-moi goûter la saveur de la fabrication dans ce que je demande", et on note aussi dans ses invocation pour la demande du pardon: "Fais-moi… et débarrasse-le, par Ta Grâce, de l'impasse des criminels, et il devient, de Ton Pardon, l'émancipé du moteur de Ta Colère, et le libéré des menottes de Ta Justice, par le biais de Ta Fabrication"[12].

Notamment vous les jeunes, étant dans la fleur de l'âge, le début du chemin de la construction de votre avenir spirituel et matériel, je demande à Dieu le Tout-puissant de vous choisir pour les plus grandioses rôles et les plus sublimes responsabilités, et vous fabrique de Sa Propre Main pour les endosser, alors soyez constants dans la sollicitation de cette faveur avec dévouement, peut-être que votre Seigneur vous donnera ce que vous aspirent, comme le Tout-puissant nous raconte des serviteurs du Tout Miséricordieux par rapport à leur mode d'invocation: "Fais de nous un guide pour les pieux", (25:74).

 

 

   

 

 



[1] - discours de Son Eminence Cheikh al-Yacoubi (que Dieu lui accorde longévité) à l'occasion de la rencontre avec enseignants et étudiants de l'Ecole de l'Imam Al-Jawâd (que la paix soit sur lui) dans la ville sainte de Najaf, mardi le 15 Rabî'uth'Thânî 1434 (26 février 2013).

[2] - Al-Bihâr: tome, 68, p.382.

[3] - Mîzân-ul-Hikma: 80/1.

[4] - Nahj-ul-Balâgha, sermon 192, sur le mépris.

[5] - Al-Mughradâd, p.286.

[6] - Minn Nur-il-Qor'ânn, tome 2.

[7] - Wassâ'il-ul-Chii'a, Partie: la prière, chapitre: la préparation des prières obligatoires et surérogatoires, section 17, hadith 6.

[8] - Al-Bihâr: tome: 90, p. 162.

[9] - Al-Kâfî, tome: 2, p. 352, hadith 8.

[10] - Mafâtih-ul-Jinânn, p. 105.

[11] - Ibid. 148.

[12] - As-Sahîfa As-Sajjâdiya, la demande du pardon et de la miséricorde, page: 170.