• Post on Facebook
  • Twitter
  • pdf
  • Version imprimable
  • save
Les plus populaires

…S'enjoignent mutuellement la vérité, et s'enjoignent mutuellement l'endurance

|   |   Temps de lecture : 157
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
…S'enjoignent mutuellement la vérité, et s'enjoignent mutuellement l'endurance

…S'enjoignent mutuellement la vérité, et s'enjoignent mutuellement l'endurance

 

Au Nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

"S'enjoignent mutuellement la vérité, et s'enjoignent mutuellement l'endurance"[1]

(103:3)

L'importance de la Sourate Al-Asr (le Temps):

La Sourate Al-Asr  est trop courte lexicalement, ne dépasse pas deux ligne, mais grandiose en termes de vertu, et délicate en termes de teneur. C'est l'un des aspects du miracle coranique étant donné qu'il offre en une seule ligne une méthode complète pour la réussite de l'humanité, de début de l'éclosion des créatures à leur fin, mettant en exergue l'identité de la communauté gagnante, et lui enseignant les ses fonctions dans cette ligne.

On rapporte de Cheikh Saduq que l'Imam Sadiq (que la paix soit sur lui) dit: "Quiconque récite la Sourate Al-Asr dans ses prières surérogatoires, Dieu le ressuscitera au Jour du Jugement avec un visage radieux, des dents souriants, en étant de délectation jusqu’à ce qu'il rentre dans le Paradis"[2]. De par son importance, on rapporte que les compagnons du Messager de Dieu (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée) ne clôturaient jamais leur assemblée sans que la Sourate Al-Asr  soit récitée, et que sa teneur soit faite l'objet de rappel"[3].

 

La notion du verset (L'homme est certes, en perdition):

Dieu le Tout-puissant a introduit la Sourate par le jurement sur le Temps de ses différents sens comme les livres d'exégèse le relatent. Dieu le Tout-puissant jure, en tant que le plus Véridique des paroliers, pour confirmer Sa Parole, en captant l'attention de l'interlocuteur par rapport à la réalité qu'Il va mettre en relief, car c'est une réalité délicate (L'homme est certes, en perdition), ce n'est pas l'homme en fonction de son essence et de l'origine de son éclosion, car il est créé pour la perfection, la connaissance de Dieu le Tout-puissant, l'obéissance dévouée à Lui l'Immaculé, et le conformisme vis-à-vis de Sa Volonté, c'est pourquoi les Anges se sont prosternés pour lui, Dieu le Tout-puissant dit en effet:

"Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges: Je vais établir sur la terre un vicaire (Khalifa)", (2:30).

Donc, ce type de l'homme n'est pas en perdition, c’est-à-dire l'homme en étant de projection tient le haut du pavé, mais l'homme sur terre avec sa conduite et comportement en contradiction à sa nature avant qu'il atterrisse sur terre, oubliant son pacte conclu avec Son Seigneur "Et quand Ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d'Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes: Ne suis-Je pas votre Seigneur? Ils répondirent: Mais si, nous en témoignons, afin que vous ne disiez point, au Jour de la Résurrection: vraiment, nous n'y avons pas fait attention", (7:172), c'est ce type d'homme qui est en perdition.

Cet homme créé pour la sublimité et la perfection se rétrograde en tournant le dos au Rappel de son Seigneur; perdant sa capitale et toutes ses forces que Dieu le Tout-puissant avait mises à sa disposition qu'il réalisé l'objectif ultime constituant sa raison d'être, en guise d'exemple la vie, l'intellect, la pensée, le corps, la richesse, le prestige, les relations, la famille, la tribu, et la géographie etc. même les choses simples et subtiles par lesquelles on peut acquérir le Paradis.

"Quiconque fait un bien fût-ce du poids d'un atome, le verra", (99:7), comme la Gloire et l'Unicité de Dieu le Tout-puissant invoquée à tout bout de champ.

Mais malheureusement il ne saisit pas cette opportunité, il la transforme en malheur et châtiment, c'est la raison pour laquelle il est vraiment en perdition, voire une immense perte. Dieu le Tout-puissant dit: "Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte de leurs propres âmes et celles de leurs familles! C'est bien cela la perte évidente!", (39:15). C'est à l'instar de celui qui est doté d'une grande capitale, ayant à sa disposition toute les chances de réussite et opportunités d'investissement, ainsi que toute sorte d'aide et de facilitation sur le marché, mais par sa stupidité et étroite vision il a tout perdu.

On rapporte de l'Imam Hâdi (que la paix soit sur lui): "Le bas monde est un marché, certains y ont gagné bénéfices, autres ont perdu"[4].

 

Le Paradis: le prix de l'âme

Cet accord que Dieu le Tout-puissant avait conclu avec Ses serviteurs "Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis", (9:111). Et ce prix ne sera pas versé si on honore par le pacte. On rapporte de l'Emir des croyants (que la paix soit sur lui), il dit: "votre âme n'a pas de prix hormis le Paradis, alors ne la vendez pas qu'en échange du Paradis"[5].

Et cette 'expression est un mixte d'avertissement, de menace et d'objurgation, car Dieu le Tout-puissant les a créés pour la miséricorde, le bonheur et le salut, en leur adjugeant tout ce qui les conduit à cette fin en termes de moyens spirituels et matériels. Dieu le Tout-puissant dit: "Sauf ceux à qui Ton Seigneur a accordé miséricorde. C'est pour cela qu'Il les a créés", (11:119).

On rapporte de l'Emir des croyants (que la paix soit sur lui), il dit: "Dieu le Tout-puissant dit: ô fils d'Adam! Je ne t'ai créé pour m'enrichis de toi, par contre Je t'ai créé pour que tu t'enrichis de Moi, alors prends-Moi au lieu de toute chose, et je t'apporte Mon Aide dans toute chose"[6].

 

Pourquoi la perdition?

Pourquoi une telle perte à cause de mauvais usage de ses potentialités contrairement à sa raison d'être? Dieu le Tout-puissant dit: "Hélas pour les esclaves {les humains}! Jamais il ne leur vient de messager sans qu'ils ne s'en raillent", (36:30). C'est pourquoi le Saint Coran s'est étonné des gens de l'Enfer par rapport leur admission dans le Feu. Dieu le Tout-puissant dit: "Qu'est-ce qui vous a acheminé à Saqar {Enfer}", (74:42). Tandis qu'il ne s'est pas étonné des habitants du Paradis, parce que ceci se relève de la nature étant conformité à l'objectif qui constitue leur raison d'être.

 

Les exemptés de la perdition:

Oui, certains sont exemptés de ce sort affreux après avoir possédé quatre caractères:

1- (Sauf ceux qui croient), ils croient sincèrement et dévouement en tous les dogmes authentiques relatifs à l'Unicité de Dieu le Tout-puissant et au Message du Prophète (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée), ainsi qu'à l'Autorité de l'Emir des croyants et les Imams Infaillibles (que la paix soit sur eux), de même qu'à l'ensemble des croyances authentiques.

2- (Et accomplissent les bonnes œuvres), par la foi ne sera pas sincère si elle ne se reflète pas dans l'aspect extérieur sous forme de bonne action conformément à ce que Dieu le Tout-puissant veut.

Ce niveau est compréhensible et évidente, même il y a beaucoup de versets qui interviennent dans ce sens. Mais, l'importance et le danger par rapport à cette Sourate se relèvent d'une addition supplémentaire à ces deux conditions précédentes pour jouir de salut et de l'exemption de la perdition, étant donné que les deux premiers piliers ne suffisent pas:

3- (S'enjoignent mutuellement la vérité), ils ne se limitent pas à être des bonhommes, des croyants et des bienfaiteurs, mais ils se mobilisent pour véhiculer et vulgariser leur message dans la société, se donner de conseils et s'enjoindre mutuellement la vérité et sa mise en application.

Et cette formule d'expression comporte un sens de continuité et de communication, et la vérité qui fait l'objet de cette opération de conseil mutuel se distingue d'une vaste étendue, ce qui veut dire que cette vérité s'identifie à tout ce qui est bon, à tout ce qui est  fructueux, et à tout ce qui conduit vers Dieu le Tout-puissant, permettant l'obéissance tout en évitant la désobéissance.

Et c'est un large domaine englobant la prédication à Dieu le Tout-puissant, à l'Islam, à l'Autorité de l'Ahl-ul-Bayt (que la paix soit sur eux), mettant évidence l'injustice qu'on leur a infligée de la part des ennemis, la propagation des jugements et lois de la religion, la recommandation du convenable et l'interdiction du blâmable, les nombreux droits détaillés comme ceux qui font l'objet du livre de l'Imam Sajjad (que la paix soit sur lui), intitulé "La Lettre des Droits"

Et celui qui se charge de cette mission doit tout d'abord se consulter et s'enjoindre lui-même, et faire preuve de droiture et de constance, parce que cette opération basant sur l'autocritique est plus importante que les conseils balancés à tout bout de champ sans s'y identifier.

Et si la vérité ne fait l'objet de conseil et de recommandation d'une manière mutuelle constituant le sujet de communication de génération à l'autre, c’est-à-dire une mobilisation des forces  horizontalement et verticalement, elle serait en perdition à l'image de beaucoup de droit, notamment le droit de la Succession et l'Autorité de l'Emir des croyants (que la paix soit sur lui) et de ses enfants infaillibles (que la paix soit sur eux).

L'Imam Sadiq (que la paix soit sur lui) dit: "Les droits des gens se restituent par le témoignage de deux personnes, et le droit de mon grand-père, l'Emir des croyant (que la paix soit sur lui) est nié au su de soixante-dix milles (70 000) témoins qui furent avec le Messager de Dieu (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée) à Ghadîr Khum"[7].

4- (S'enjoignent mutuellement l'endurance), en empruntant cette voie abandonnée par la plus part des gens, les sabotages et railleries ne manquent pas de s'abattre sur l'acteur, et il souffre beaucoup à cause des lésions qu'on lui inflige, ce qui nécessite un grand sacrifice, mobilisant toute ses facultés pour faire preuve d'endurance, de patience, et de persévérance. Dieu dit dans le Saint Coran: "Ô les croyants! Soyez endurants. Incitez-vous à l'endurance. Luttez constamment (contre l'ennemi) et craignez Allah, afin que vous réussissiez!", (3:200). Il enjoint à ces trois types minoritaires de se conseiller mutuellement en s'armant de l'endurant et la constance sur chemin saint et béni.

 

Le fait de s'enjoindre mutuellement la vérité et l'endurance:

Et si nous comparons les deux versets précédents à ce verset: "Ensuite, Nous délivrerons ceux qui étaient pieux et Nous u laisserons les injustes agenouillés", (19:72), nous allons en déduire la définition de la piété dont l'essence c'est la foi, la bonne action, le fait de s'enjoindre mutuellement la vérité et l'endurance en fonction des circonstances, et la mise sur pied ce qui permet à construire la forteresse anti Feu et perdition.

En fait, cette réalité est spontanée, car la foi conduit à la bonne action, et cette dernière ne connait pas l'isolement, ni la réclusion encore moins l'inflexibilité, par contre elle prône l'action fructueuse pour guider, orienter, conseiller et aider les autres. C'est pourquoi, parmi les plus sublimes des bonnes œuvres c'est cette initiative sociale qui s'intéresse positivement à la conduite des gens, c'est la raison pour laquelle certains récits expliquent la bonne œuvre en faisant allusion à la consolation des frères.

En réalité, la responsabilité de s'enjoindre mutuellement la vérité et l'endurance ne concerne pas seulement les prédicateurs et éducateurs de la Hawza (l'Académie des sciences religieuses), mais elle concerne également l'ensemble des gens, notamment avec la disponibilité d'autres mécanismes de guidance et de canaux de réforme, ainsi que de l'influence de tous les agents du monde numérique et des réseaux sociaux.   

     



[1] - discours de Son Eminence le Référent Religieux Al-Yacoubi (que Dieu lui accorde longévité) à l'occasion d'une rencontre avec les agents de l'Agence en Charge du Pèlerinage et Umra, jeudi le 1 Jummâd-ath-Thânî 1434, (le 14 mars 2013).

[2] - Thawâb-ul-Ahmâl:125.

[3] - Ad-Dur-ul-Manthur: 392/6.

[4] - Bihâr-ul-Anwâr: 166/72, hadith 1 et Tuhaf-ul-Uqul: 361.

[5] - Nahj-ul-Balâgha: Qissâr-ul-Kaimât, numéro 74.

[6] Mîzân-ul-Hikma: 334/1, hadith 1604. Charh Nahj-ul-Balâgha: 319/20, 665.

[7] - Bihâr-ul-Anwâr: 158/37, chapitre 52.