• Post on Facebook
  • Twitter
  • pdf
  • Version imprimable
  • save
Les plus populaires

Ce sera le jour de la grande perte

|   |   Temps de lecture : 61
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Ce sera le jour de la grande perte

Ce sera le jour de la grande perte

 

Au Nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

"Ce sera le jour de la grande perte"[1]

(64:9)

Parmi les noms du Jour du Jugement:

Le Jour du Jugement a plusieurs noms dans le Saint Coran tels que le Jour de la Religion, le Jour de la Perte, le Jour de Regret, le Jour de la Séparation, le Jour de l'Ahurissement, le Jour du Tremblement, le Jour de Rassemblement, le Jour de la Survenance, le Jour de la Résurrection, le Jour des Comptes, le Jour du Hurlement, le Jour de la Grande Tragédie. Ce sont des noms dérivés des caractéristiques de ce jour affreux, et de ce qui s'y passe. Et parmi ces noms "Yawm-ut-Taghâbun" c’est-à-dire le Jour de la Grande Perte. Dieu le Tout-puissant dit en effet: "Le jour où Il vous réunira pour le jour du Rassemblement, ce sera le Jour de la grande perte", (64:09).

Al-Ghabn, c'est un mot arabe qui signifie être injuste à l'égard de quelqu'un, c’est-à-dire faire supporter un désavantage à quelqu'un. Donc, le commerçant s'il a vendu sa marchandise à un prix désavantageux par rapport à la valeur de la marchandise, il est Maghbun, c’est-à-dire il s'est fait duper. Et si l'acheteur sent que le prix est au-delà de la valeur de la marchandise, il est Maghbun aussi, c’est-à-dire il s'est fait duper. Et cette duperie entraine une grande perte chez la victime.{Donc on l'emploie paraboliquement pour mettre en évidence un état d'une grande perte}.

 

Le Traitement avantageux et le traitement désavantageux au Jour du Jugement:

Quel est le traitement désavantageux au Jour du Jugement? La réponse réside dans l'accord conclu entre Dieu le Tout-puissant et Ses serviteurs lorsqu'Il les rassembla dans le Monde des Esprits, ''Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d'Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes: Ne suis-Je pas votre Seigneur? Ils répondirent: Mais si ! Nous en témoignons… afin que vous ne disiez point, au Jour de la Résurrection: vraiment, nous n'y avons pas fait attention", (07:172). Et les termes de l'accord exigent les serviteurs d'adorer leur Seigneur, de Lui obéir, marchant conformément à Sa Méthode, en retour tout ce qui se trouve sur terre est à leur disposition, et après la vie terrestre le Paradis à la dimension des cieux et de la terre fait l'objet de récompense en leur faveur.

Cet accord est mentionné plusieurs fois dans le Saint Coran, Dieu le Tout-puissant dit: "Et il y a parmi les gens celui qui se sacrifie pour la recherche de l'agrément d'Allah. Et Allah est Compatissant envers Ses serviteurs", (02:207). "Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échanges du Paradis. Ils combattent dans le sentier d'Allah: ils tuent, et ils se font tuer. C'est une promesse authentique qu'Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l'Evangile, et le Coran. Et qui est plus fidèle qu'Allah à son engagement? Réjouissez-vous donc de l'échange que vous avez fait: Et c'est là le très grands succès", (09:111).

Alors, ce qui honore ce pacte, il reçoit sa récompense, mais le perdant c'est celui qui ne respecte pas les termes de l'accord, et omet toutes ses obligations à l'égard du pacte, Dieu le Tout-puissant dit en effet: "Ceux qui vendent à vil prix leur engagement avec Allah ainsi que leurs  serments n'auront aucune part dans l'au-delà, et Allah ne leur parlera pas, ni les regardera, au Jour de la Résurrection, ni ne les purifiera; et ils auront châtiment douloureux", (03:77).

Et on rapporte de l'Emir des croyants (que la paix soit sur lui), il dit: "Le Grand perdant est celui qui vent le Paradis de haut degré à un péché vil".[2] On rapporte de lui (que la paix soit sur lui) également: "Le grand perdant est celui s'est occupé des choses mondaines jusqu'à ce qu'elle lui échappe sa chance dans l'Au-delà"[3].

On rapporte de lui (que la paix soit sur lui) aussi: "Celui qui a vendu son âme à un prix d'autre qu'aux faveurs du Paradis, est injuste à son égard[4]". On rapporte de lui (que la paix soit sur lui): "Le grand perdant est celui qui s'est fait duper par lui-même"[5]. On rapport de lui (que la paix soit sur lui): "Le grand perdant est celui dont la vie se faite duper par lui-même, et l'heureux est celui dont la vie est passée dans l'obéissance de son Seigneur"[6]."Le grand perdant est celui dont la religion se faite duper"[7].

 

Le perdant et sa demeure:

La joie du croyant heureux et la tristesse du mécréant, du débauché, et du perdant tombé dans le panneau augmentent lorsqu'on leur expose leurs demeures respectivement dans le Paradis et dans le Feu. Et on rapporte un hadith du Prophète (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée) dans le livre Mahma'ul-Bayânn, il dit: "Tout un chacun de vous a deux demeures: l'une au Paradis et l'autre dans le Feu, et s'il est mort et entré dans le Feu, les habitants du Paradis héritent sa demeure"[8].Celui qui a perdu sa demeure dans le Paradis souffre de la douleur, la douleur du châtiment dans le Feu, et la douleur de sa perte concernant sa demeure dans la Paradis en la voyant.

La Sourate 64 (At-Taghabun) a souligné ces deux groupes après avoir décrit le Jour du Jugement comme un jour de la grande perte, Dieu le Tout-puissant dit: "Le jour où Il vous réunira pour le Jour du Rassemblement, ce sera le jour de la grande perte. Et celui qui croit en Allah et accomplit les bonnes œuvres, Il lui effacera ses mauvaises actions et fera entrer dans des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux où ils demeureront éternellement. Voilà l'énorme succès!* Et ceux qui ont mécru et traité de mensonges Nos versets, ceux-là sont les gens du Feu où ils demeureront éternellement. Et quelle mauvaise destination!", (64:9-10).

Nous avions défini le mot "al-Ghabn" par opération de duperie et de dissimulation. Et la  dissimulation dans ce contexte consiste en la délibération des résultats qui déterminent les récompenses d'une manière inattendue. Dieu le Tout-puissant dit à l'égard de la première catégorie : "Aucun être ne sait ce qu'on a réservé pour eux comme réjouissance pour les yeux, en récompense de ce qu'ils ouvraient!", (32:17). Et le Tout-puissant dit à l'égard de la deuxième catégorie: "Et leur apparaîtra, de la part d'Allah, ce qu'ils n'avaient jamais imaginé" (39:47). Car là-bas les choses se révèlent autrement contrairement à leurs paradigmes dans le monde ici-bas: "Et ils dirent: Pourquoi ne voyons-nous pas des gens que nous comptions parmi les malfaiteurs?* Est-ce que nous les avons raillés (à tort) ou échappent-ils à nos regards?* Telles sont en vérité les querelles des gens du Feu", (38:62-64).

 

Parmi les formes de la grande perte:

Cette forme de grande perte est évidente, mais il y a une autre forme de grande perte qui nécessite la contemplation, mais cette fois-ci concerne les croyants au moment où les voiles sont enlevées et les secrets dévoilés, ils se rendent en compte qu'ils ont perdu de très grandes occasions en termes de l'obéissance dans la mesure où ils auraient acquis des degrés plus élevés s'ils saisissaient ces chances auprès de la Satisfaction de Dieu le Tout-puissant et Ses Elus Grandioses. On rapporte de l'Emir des croyants (que la paix soit sur lui), "Qui est le plus que celui qui a vendu Dieu le Tout-puissant à un autre prix?!"[9].L'expression "à un autre prix" est vaste, elle comprend également les croyants qui obéissent mais uniquement dans l'espoir d'être récompensés par les faveurs du Paradis telles que les Femmes Paradisiaques, la viande de pigeon, les fruits etc.

Seyed Ach-Chahîd As-Sadr Ath-Thânî (que la Satisfaction de Dieu le Tout-puissant soit sur lui) a souligné cette notion dans l'une de ses lettres dont il m'adressait: "En ce qui concerne le regret c'est pour le croyant, car le mécréant s'occupe de ses souffrances et des douleurs étant dans le Feu, mais le croyants regrette beaucoup de n'avoir pas saisis toutes les occasions qui se présentaient devant lui dans le bas monde pour recevoir davantage de rétributions et de récompenses.

Quelles que soient la grandeur et l'envergure de ses récompenses, le croyant regrette, puisqu'il sait pertinemment que l'occasion mise à sa disposition dans le bas monde dépasse largement ses performances réalisées. Et c'est ça qui capte son attention, et il se rend compte qu'il avait suffisamment d'opportunités pour mieux faire[10].

C'est à l'instar du commerce ayant un grand capital, une vaste influence, et beaucoup de d'opportunité d'investissement, sans avoir aucun obstacle, mais il a gaspillé son argent pour des choses futiles. Ce commerçant regrettera beaucoup parce qu'il a tout jeter en l'air. Et le capital du croyant dans ce bas monde est son temps en termes d'années, de jours et de nuits, voire même des heures et des minutes, car tous ces détails du temps pourraient être l'objet d'investissement dans des secteurs clés qui lui permettent de gagner beaucoup de degrés supérieurs dans l'Au-delà, au lieu de le passer dans des futilités contre-productives. Et certains récits nous renseignent que l'être humain, dans l'Au-delà, on lui expose les heures de son âge dans des caisses de trois formes: l'heure de l'obéissance, l'heure de la désobéissance, l'heure de l'omission, en ce qui concerne l'heure de l'obéissance lui procure le bonheur, et l'heure de la désobéissance lui inflige la punition, et en ce qui touche l'heure de l'omission lui fait regretter. Et le Prophète (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée) nous dit dans un hadith: "Il n'y a pas d'heure qui passe si le fils d'Adam ne s'y rappelle pas de Dieu sans qu'il le regrette dans l'Au-delà"[11].

 

Commerce rentable:

Chaque seconde dans la vie de l'être humain pourrait être transformée en temps de l'adoration et d'obéissance à Dieu le Tout-puissant, par exemple en évoquant la Gloire de Dieu le Tout-puissant, Il sème dix arbre dans le Paradis en son faveur, et un autre récit dit un arbre.

 Dans le livre Amâlî As-Sadduq on rapporte de l'Imam Sadiq (que la paix soit sur lui), il dit que le Prophète (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée) disait: "Tout ce qui dit: Subhân-Allah(Gloire à Dieu) Dieu en sème un arbre dans le Paradis en son faveur, tout ce qui dit: Al-Hamdulil'Lah (Louange à Dieu), Dieu en sème un arbre dans le Paradis à son profit, et tout ce qui dit: LâIlâhaIlâl'Lah (Il n'y a point de divinité autre que Dieu), Dieu en sème un arbre dans le Paradis à son avantage, et tout ce qui dit: Allâhu Akbar (Dieu est Grand), Dieu en sème, pour lui, un arbre dans le Paradis. Après un homme de Quraïch dit : ô Messager de Dieu ! Alors, nos arbres dans le Paradis foisonnent ! Il dit (le Prophète que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée) : Oui, mais faites gaffe de ne pas envoyer le feu à leur encontre et les brûler, car Dieu le Tout-puissant dit : « Ô vous qui avez cru ! Obéissez à Allah, obéissez à Allah, obéissez au Messager, et ne rendez pas vaines vos œuvres », (47 :33).

En réalité, cette obéissance qui ne dur même pas une seconde a un rôle pondérant et déterminant, voire même fatal lorsque les bonnes et mauvaises actions de l’être humain sont égales, et il cherche un bienfait pour basculer la balance en faveur des bonnes actions, dans cet instant il se rend en compte qu’il avait perdu des secondes lesquelles il aurait investi dans l’adoration et l’obéissance à Dieu le Tout-puissant au lieu d’avoir gaspillé une bonne partie de sa vie dans des futilités[12].

 

La perte du croyant qui se relève du fait de ne pas avoir créé une situation qui génère des bienfaits en son faveur après la mort :  

Il est important aussi de souligner un cas de perte qui fait regretter le croyant même s’il investissait sa vie dans l’obéissance, mais il ne créait pas une situation qui génère continuellement des bienfaits en son faveur même après sa mort. Nous en trouvons l’illustration dans le hadith du Prophète (que Dieu prie sur lui et sa sainte famille purifiée), il dit : « Toute les actions de l’être humain s’arrêtent à sa mort hormis trois : un savoir duquel on tire profits, une aumône structurante dont les avantages ne s’arrêtent pas en faveur des destinataires, et une progéniture vertueuse qui prie pour son compte »[13].

Donc l’être humain, par la Grâce de Dieu le Tout-puissant, peut continuer d’acquérir des bienfaits, même après sa mort, soit il lègue à l’humanité un patrimoine cognitif utile, soit il crée un projet structurant dont les bienfaits continuent de servir les humains, comme la construction d’une mosquée, des appartements de logement à l’avantage des pauvres ou des étudiants, des écoles, d’un centre de santé, ou des assainissements ».

Et la troisième source s’agit de la progéniture vertueuse qui nécessite de se marier avec une femme vertueuse, s’efforçant en sorte que ses enfants soient vertueux à travers une bonne éducation, et chacun d’eux forme une vertueuse famille. Et c’est ainsi que les familles se multiplient jusqu’à ce qu’elles forment des générations par la Grâce de Dieu le Tout-puissant. Ce qui fait qu’à travers de lui que des milliers de sa progéniture deviennent vertueux, et ces bienfaits ne s’arrêtent, ils continuent de se multiplient foisonnement de génération à génération. Donc, saisissez vous cette occasion à l’aide de Dieu le Tout-puissant.

 

 

 

 

 



[1]- extrait du propos de Son Eminence le Référent Religieux al-Yacoubi (que Dieu lui accorde longévité) tenu à l'occasion d'une rencontre avec une délégation à la Mosquée Dîwân-uz-Zahra, au quartier Al-Jâmi'a dans la ville sainte de Najaf, le 29 Ramadan 1434 (le 07 aout 2013).

[2]- Ghirar-ul-Hikam/1352.

[3] - Ghirar-ul-Hikam/2010.

[4] - Ghirar-ul-Hikam/9164.

[5] - Bihâr-ul-Anwâr:215/77.

[6] - Ghirar-ul-Hikam/3502.

[7] - Mizân-ul-Hikma:357/6.

[8] - Ghirar-ul-Hikam/3502

[9] - Ghirar-ul-Hikam/8083.

[10] - Les Candélabres des Mystiques: p. 87.

[11] - Kanz-ul-Ummâl:1819.

[12] - Bihâr-ul-Anwâr : 93/168, hadith 3.

[13] - l’exégèse d’Usul-ul-Kâfi, tome 6, p.137.