• Post on Facebook
  • Twitter
  • pdf
  • Version imprimable
  • save

L’acquisition de l’érudition la plus vaste : une condition pour la référence religieuse

|   |   Temps de lecture : 19
Taille de la police: Decrease font Enlarge font

L’acquisition de l’érudition la plus vaste : une condition pour la référence religieuse

L’acquisition de l’érudition la plus vaste : une condition pour la référence religieuse

Est-ce que l’acquisition de l’érudition la plus vaste est une condition chez le jurisconsulte pour qu’on puisse se référer à lui ? C'est-à-dire l’autorité que nous volons choisir sur ce chemin (après l’infaillible que la paix soit sur lui) doit être le plus grand savant dans le domaine de la déduction des lois islamiques ? Ou bien cela ne constitue n’est pas une condition ? Et quelle est la preuve dans les deux cas ?

 

Au Nom d’Allah le Tout-puissant

Nous disons l’acquisition de l’érudition la plus vaste pour le référent religieux est une condition dans les questions controverses, s’il est impossible de déterminer le plus grand savant, on se réfère tout simple à celui dont on croit qu’il est le plus grand érudit.